Chauffage et isolation de l’habitat

En France, le chauffage représente en moyenne 75% des dépenses énergétiques  d’une maison.

C’est le plus gros consommateur d’énergie à la maison. Baisser la température d’un logement de 1°C au voisinage de 20°C permet de diminuer la consommation de 7%. Dès lors, se contenter de 19°C à 20°C  dans les pièces où l’on vit et de 16°C à 17°C dans les chambres, plutôt que de 21 ou 22°C dans toute la maison, permet d’appréciables économies.

Prenons, pour donner un ordre de grandeur, un logement d’une centaine de m2 construit avant 1975. Ses besoins en chauffage seront de l’ordre de 30 000 kWh/an. Baisser d’environ 1°C la température moyenne dans le logement conduit à une économie de 2100 kWh/an, ce qui représente la consommation annuelle d’un réfrigérateur, d’un congélateur, d’un lave-linge, d’un lave-vaisselle et d’un sèche-linge réunis.

La température d’une pièce peut aussi être plus faible la nuit que le jour lorsque l’on y séjourne. Une gestion intelligente, utilisant les moyens électroniques modernes, de la température dans les différentes pièces et une programmation du chauffage tenant compte du jour et de la nuit, peut aussi faire économiser une dizaine de pour cents.

Le système de chauffage doit pour cela être convenablement entretenu. Un bon réglage, lors de la visite annuelle de suivi, peut faire chuter la consommation de 8 à 12%.

Si la maison possède un chauffage central, une bonne régulation peut permettre d’économiser jusqu’à 25% d’énergie. Une pompe à chaleur, plutôt que des convecteurs permet de diviser par 3 ou 4 la consommation d’électricité. par rapport à des radiateurs électriques classiques.

Sachant qu’un logement n’est jamais parfaitement isolé mais subit des pertes, un petit investissement dans l’isolation peut fortement améliorer les performances. Beaucoup de logements consomment encore beaucoup trop pour se chauffer. Un bâtiment construit avant 1975 réclame 330 kWh/m2/an. Le même satisfaisant à la réglementation de l’année 2000 ne consomme plus que 80 à 100 kWh/m2/an. L’objectif est aujourd’hui de 50 kWh/m2/an d’énergie primaire (RT 2012).

C’est vraiment l’isolation de l’habitat qui permet de réaliser les économies d’énergie les plus importantes.

D’autres formes de l’énergie

Le mouvement :

  • Un camion de 10 tonnes lancé à 100 km/h, possède 1 kWh d’énergie dans son mouvement. Quand il freine, cette énergie est transformée en chaleur dans les freins.

La chaleur :

  • avec 1 kWh de chaleur, on peut porter la température de 10 litres d’eau de 20 °C à 100 °C.
  • un corps contenant de la chaleur peut servir de source d’énergie  (thermique). Tout corps  de l’Univers et de la Terre en contient.  Même de la glace contient de l’énergie thermique. Seuls les corps qui sont à -273 °C (le zéro absolu de température) n’en ont pas, mais il n’y en a pas dans l’Univers : atteindre cette température est impossible.

La chimie :

  • 1 kWh c’est l’énergie moyenne que l’organisme extrait d’un repas. Seule une partie de l’énergie absorbée sous forme de nourriture peut être récupérée en travail des bras ou des jambes. Quand on fait un travail manuel, on a chaud, ce qui veut dire qu’on dissipe aussi de l’énergie en chaleur.

La lumière :

  • La lumière contient de l’énergie. Le Soleil nous apporte son énergie sous forme de lumière, ou plus généralement de rayonnement : rayonnement visible, infrarouge et ultraviolet : en moyenne 1 kWh vers midi,  sur 7 m2  et en une heure.

Aide mémoire :

1 kWh est obtenu  avec une petite quantité de matière si on est en chimie (combustion, nourriture), une grande quantité de matière si c’est par du mouvement (camion, eau, vent). La lumière du Soleil est entre les deux.

La chaleur aussi contient beaucoup d’énergie. Il est plus facile de créer de la chaleur à partir d’essence ou de mouvements que le contraire : on peut créer de la chaleur en bougeant, mais la chaleur ne nous fait pas bouger.