Pas de vie sans l’énergie de la nourriture !

Il n’y a pas de vie sans énergie. Même sans aucune activité, notre corps a besoin d’énergie : c’est ce que l’on appelle le « métabolisme de base » d’un individu isolé, au repos et à jeun depuis 14 à 18 heures.

Le métabolisme de base sert à maintenir la température du corps à 37 °C, à faire fonctionner les organes (battre le cœur, respirer les poumons, fonctionner le cerveau, etc.) à fabriquer ou renouveler les cellules. C’est l’ensemble des transformations qui interviennent dans le corps ou tout organisme vivant au repos, et qui font passer l’énergie d’une forme à une autre. Il vaut environ 1,5 kWh par jour chez une femme de 20 ans, de 1,65 m.

Il faut environ
– 2,7 kWh/jour pour un individu actif,
– 10 % de plus pour les adolescents
– 3,4 kWh par jour et plus, pour un sportif, homme ou femme.

L’être humain est un système énergétique d’une redoutable efficacité : il consomme la même quantité d’énergie que celle que consomme une lampe à incandescence de 110 W allumée jour et nuit. Cette dernière donne un peu de lumière et beaucoup de chaleur mais ce n’est rien comparé à ce que peut faire un être humain avec la même quantité d’énergie. Il est capable de faire fonctionner ses organes, dont le cerveau, gros consommateur d’énergie, et il peut effectuer des tâches physiques.

L’être humain a parfois besoin d’un petit supplément d’énergie. C’est le cas lorsqu’il fait de durs travaux manuels, ou pour assurer sa descendance. Ainsi, une femme enceinte exige environ 90 kWh supplémentaires pour concevoir un enfant. (Pour comparer, 90 kWh représentent l’énergie contenue dans 9 litres d’essence avec lesquels on peut parcourir un peu plus d’une centaine de kilomètres en voiture.) Ce supplément s’étale de manière irrégulière sur 9 mois ce qui correspond à un supplément journalier moyen d’un peu plus de 300 Wh, soit un besoin de nourriture de 10 % supérieur à l’habitude.