Energie primaire et énergie finale

Energie finale : celle que l’on achète,  celle qui est utilisée par les consommateurs, telle que relevée par les compteurs : compteurs de la pompe à essence, compteur électrique, compteur à gaz. Ce n’est pas réellement l’énergie vraiment utile, puisque les moteurs des véhicules ont un rendement assez bas (moins de 30%). Mais elle est produite avec peu de pertes à partir du pétrole brut.  L’électricité, au contraire est le plus souvent utilisée avec des dispositifs à haut rendement (moteurs électriques, par exemple), mais il y a des pertes importantes lors de sa production (» entre 50% et 70%) dans les centrales thermiques ou nucléaires.

Energie primaire : celle qu’il a fallu utiliser pour obtenir l’énergie finale. Pour les carburants, par convention, l’énergie primaire est égale à l’énergie finale. Pour l’électricité vendue sur le réseau, en France, on utilise un coefficient 2,58 pour passer du kWh final au kWh primaire1. Ceci reflète les pertes d’énergie dans processus de fabrication de l’électricité. En effet, dans les centrales thermiques l’essentiel de la chaleur est perdue.

En 2006 la consommation mondiale d’énergie primaire s’est élevée à 11,8 Gtep (Gigatep = milliards de tonnes équivalent pétrole) et celle de l’énergie finale à 8,2 Gtep, soit une perte de plus de 30%. Un gain de 0,4% sur la production d’énergie primaire au niveau mondial représenterait autant d’énergie que ce consomment le parc automobile français. Il est donc important d’améliorer le rendement de transformation de l’énergie primaire vers l’énergie finale.

  1. Pour l’électricité, 1 kWh en énergie finale équivaut à 2.58 kWh en énergie primaire, voir « énergie primaire » dans le glossaire de l’ADEME : http://www2.ademe.fr/servlet/KBaseShow?sort=-1&cid=96&m=3&catid=12843&p1=5&p2=12564 .
    Selon ces conventions, il faut 2,58*0,086 tep pour produire 1 kWh électrique final, soit 0,22 tep d’énergie primaire. []