Réduire les émissions de gaz à effet de serre des bâtiments

La mesure la plus efficace et la moins couteuse contre l’émission de gaz à effet de serre, consiste à remplacer en priorité la chaudière des bâtiments les plus mal isolés se chauffant au fioul ou au gaz1.

L’isolation totale est une mesure plus couteuse. Elle permet d’atteindre le niveau qui s’impose aux constructions neuves (RT2012).

Les travaux à prendre sont à étudier au cas par cas pour chaque bâtiment. Parfois il suffit d’isoler les combles d’une maison pour réaliser une belle économie.

  1. voir l’étude  de Carbone 4 ici  http://www.carbone4.com/sites/default/files/default_images/Carbone4%20ba%CC%82timent.pdf .  []

Emissions CO2 de la ville de Nice

Dans le cas de la ville de Nice (340 000 habitants), les mesures montrent qu’en 2010, les émissions directes de CO2 étaient en moyenne de 1 400 tonnes par an, soit 4 tonnes par personne et par an ( voir graphe ci-dessous). C’étaient les bâtiments  les premiers émetteurs de gaz à effet de serre, pour moitié les logements et pour moitié les bureaux.  Venaient ensuite les transports routiers.

Ci-dessous, les émissions de CO2 de la ville de Nice, en 1990, 2010, et les prévisions jusqu’en 2050 1. Pour  atteindre les objectifs de réduction, de multiples actions doivent être mises en œuvre. Dans les transports, l’électricité est appelée à remplacer l’essence : une deuxième ligne de tramway est en cours de programmation, l’offre de location de vélos et voitures électrique est développée en ville, de même que l’aide à l’achat  de vélos à assistance électrique.

Néanmoins la création de la première ligne de tramway de Nice, très utilisée par les niçois, n’a pas fait baisser le trafic automobile. Il semble que l’offre d’un nouveau moyen de transport ait plutôt encouragé la mobilité que réduit les émissions de   CO2. : celles-ci augmentent de 2 % chaque année, plus vite que la population (qui augmente de 1% par an).

missions-co2-nice

Les émissions « directes » mesurées par le ville de Nice ne prennent pas en compte l’alimentation, l’achat des biens de consommation, ni le trafic aérien lié à l’aéroport.

  1. Plan énergie Climat de la Ville de Nice 2012- 2017  http://planclimat.nice.fr/public/actualite/adoption-du-pcet-metropolitain,8.html []